De MaZone CNRC Publié : 2 juin 2014

Un employé insatisfait de ses conditions d’emploi, de la façon dont la direction a interprété une disposition de la convention collective ou encore de l’application d’une mesure disciplinaire, devrait en premier lieu faire part de ses préoccupations à son surveillant.

Si la discussion ne permet pas de résoudre le problème, l’employé est en droit de présenter un grief, ce qui est en fait une plainte écrite. Dans son exposé, il doit définir clairement le problème et indiquer quelle mesure devrait à son avis être prise par la direction afin de régler le différend. Si le grief porte sur une disposition d’une convention collective, l’employé doit avoir l’approbation de son syndicat et être représenté par son agent négociateur.

Les membres du groupe des Relations de travail aident la direction en effectuant des recherches au sujet du problème et en conseillant le représentant de la direction chargé de répondre au grief. Ils auront également souvent des discussions avec les représentants syndicaux.

Le grief est entendu lors d’un audience à laquelle l’employé et son représentant syndical expliquent la nature du problème et font connaître les mesures correctives auxquelles ils s’attendent. Après examen du dossier, le représentant du CNRC répond au grief par écrit. Si l’employé est satisfait de la réponse de la direction, le dossier est fermé. S’il ne l’est pas, il peut soumettre son grief au prochain niveau de la procédure de règlement des griefs.

Contrairement aux apparences, la procédure de règlement des griefs vise à promouvoir l’entretien de rapports efficaces entre les employés et la direction en créant un forum où des points de préoccupation peuvent être soulevés par les employés et traités par la direction.