Voici une liste de quelques-unes des choses que l’AECR fait pour vous.

L’AECR est l’agent négociateur accrédité au nom de 1 600 et quelques employés du CNRC. Ces employés sont répartis en six unités de négociation, qui ont toutes des conventions collectives distinctes. L’AECR est chargée de la négociation, du maintien et de l’application de ces conventions collectives. Elle effectue une recherche sur la rémunération et le libellé contractuel, pour tout mettre en œuvre afin que ses membres soient à égalité – ou mieux – avec d’autres organisations comparables. L’AECR gère le processus de négociation au nom de ses membres et confie des examens à des tierces parties, au besoin.

L’AECR donne des conseils aux membres et assure à chacun une représentation sur toutes les questions liées à l’emploi. Elle représente les membres dans les griefs et les plaintes, tant auprès du CNRC que devant des tierces parties indépendantes, notamment la Commission des relations de travail dans la fonction publique, les Commissions provinciales des accidents du travail, le Conseil national mixte, etc …

L’AECR représente régulièrement les intérêts de ses membres au sein de plusieurs comités.
Comité mixte de consultation (CMC)
Le CMC est un comité national mixte de consultation qui regroupe des représentants de l’AECR, de l’IPFPC et du CNRC. Ce comité se réunit quatre fois par année. À ces réunions, des questions et des sujets d’intérêt national sont abordés et discutés. En règle générale, les deux agents négociateurs, l’AECR et l’IPFPC, soulèvent des questions d’intérêt pour les membres; entre autres : les employés nommés pour une période déterminée; l’application du congé pour rendez-vous chez le médecin ou le dentiste; les situations de réaménagement des effectifs; l’enregistrement du temps; le traitement des griefs; et, globalement, les relations patronales-syndicales. Les procès-verbaux de ces réunions sont dressés.

Comité national de santé et de sécurité au travail (CNSST)
Le CNSST est un autre comité national constitué de représentants de l’AECR, de l’IPFPC et du CNRC. Ce comité se consacre uniquement aux questions de santé et de sécurité au CNRC. Il se réunit, lui aussi, quatre fois par année.

Conseil national mixte (CNM)
L’AECR est membre du Conseil national mixte, un organisme bilatéral qui regroupe la plupart des employeurs de la fonction publique et tous les agents négociateurs de la fonction publique, qui sont au nombre de 18. Le CNM est chargé du développement, de la négociation et de la gestion des régimes de soins de santé et dentaires de la fonction publique. Il est également chargé de la négociation des directives ou des politiques de l’ensemble de la fonction publique, qui portent notamment sur les voyages du gouvernement, la réinstallation, la santé et la sécurité au travail, les langues officielles, les directives sur le service extérieur, etc. Le président de l’AECR siège au sein même du Conseil national mixte; il est aussi membre du comité sur la santé et la sécurité au travail. La négociatrice de l’AECR est membre du comité du gouvernement sur la réinstallation, qui négocie présentement la directive sur la réinstallation.

Autres consultations
Au besoin, l’AECR tient des consultations avec le CNRC (et souvent avec l’IPFPC) au sujet d’autres questions d’intérêt. Par exemple, il y aura des consultations approfondies, probablement l’an prochain, durant l’examen de la classification et au sujet de la révision de la politique sur le réaménagement des effectifs. Nous prévoyons aussi qu’il y aura des consultations sur la composition de la politique sur la main-d’œuvre, qui traite de l’emploi pour une durée déterminée. Nous tenons actuellement des consultations sur la politique de la propriété intellectuelle, et nous allons solliciter des consultations au sujet de la politique sur la probation.

Il est parfois nécessaire, pour un groupe ou un cas individuel, d’obtenir un avis juridique et de s’adresser aux tribunaux ou aux commissions. Au cours des années, l’AECR a renvoyé des causes devant la Commission canadienne des droits de la personne, le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée, la Cour supérieure de l’Ontario, et la Commission des relations de travail dans la fonction publique.