Bon Printemps à tous les membres,

Nous attendons toujours les décisions arbitrales pour les groupes AD, AS, CS, OP et PG. Nous comprenons la frustration provoquée par ce long processus, mais le Conseil d’arbitrage n’a pas de date limite qu’elle doit respecter. Nous avons communiqué avec notre représentant et exprimé l’inquiétude des membres au sujet de la lenteur des décisions. Je tiens à ce que vous sachiez tous que toutes les questions ont fait l’objet de l’arbitrage (débattues par les deux parties), et qu’aucune proposition n’a fait l’objet de la médiation. Nous afficherons les nouvelles sur le site Web dès que nous en aurons.

Joan Van Den Bergh et moi avons assisté à l’audience d’arbitrage entre l’IPFPC et le CNRC, le 8 avril. La plupart des questions ont fait l’objet de la médiation avant l’audience. Les modifications proposées par le CNRC au sujet du libellé sur le réaménagement des effectifs, relativement à l’indemnité de départ, ont fait l’objet de l’arbitrage. Les décisions touchant les groupes de l’IPFPC ont été rendues publiques, les 7 et 8 mai. Il semble que la majorité des propositions de l’employeur ait été accordée.

Vous savez sans doute que des modifications au Régime de soins de santé de la fonction publique ont été annoncées, le 26 mars. Je voulais que vous sachiez comment ce processus a été entrepris. Ces modifications sont le résultat de la consultation, et non de la négociation. Le Conseil du Trésor est l’autorité ultime, en ce qui a trait au RSSFP. Il détermine donc les niveaux de cotisations au régime et les montants assurés.  Il consulte l’agent négociateur et les représentants  des retraités au sein du comité des partenaires du RSSFP, qui peut formuler des recommandations à cet égard; cependant, le Conseil du Trésor a le loisir d’accepter ou de rejeter ces recommandations et, en bout de ligne, c’est lui qui décide des modifications qui seront mises en place.  Dans son budget de février 2014, le gouvernement conservateur a indiqué clairement son intention d’augmenter les taux de cotisations des retraités au RSSFP à 50 %. Les syndicats de la fonction publique, ainsi que l’Association nationale des retraités fédéraux (ANRF), s’y sont fermement opposés. C’est dans cette perspective que les syndicats et l’ANRF ont amorcé des pourparlers avec le gouvernement. Une entente a été conclue qui, bien qu’elle soit imparfaite, constitue une amélioration par rapport à l’intention originale du gouvernement. Sans cette intervention des syndicats et des représentants des retraités, il ne fait aucun doute que le gouvernement aurait imposé les modifications qu’il proposait et refusé de consentir à l’amélioration du régime.

Joan Van Den Bergh et moi nous sommes rendues à St. John’s et Halifax, la première semaine de mai. Je remercie les membres qui sont venus aux rencontres; ce fut un immense plaisir pour moi de vous rencontrer tous. Merci à nos délégués syndicaux, dans ces localités, de leur aide et de leur organisation. À St. John’s, on m’a fait visiter les installations; ce fut fascinant. À Halifax, nous étions sur le campus principal, et nous avons visité la Station de recherche marine à Ketch Harbour. Les deux localités ont été impressionnantes, également. La diversité, le talent, le dévouement et les connaissances des membres, sont remarquables, pour ne pas dire plus.

St. John'sHalifaxKetch Harbour

J’ai participé à trois rencontres avec les autres agents négociateurs au cours des dernières semaines. Le comité de  communication et de mobilisation est une tribune ouverte, qui permet aux agents négociateurs de discuter les aspects des communications au sujet des affaires de l’employeur, des agences du gouvernement et des ministères fédéraux. Nous croyons tous que la communication franche entre les syndicats fédéraux est la seule façon de procéder. J’ai tenu les deux autres rencontres avec les présidents et/ou les représentants du syndicat. Ces rencontres sont toujours pleines de ressources  et essentielles.

Veuillez communiquer avec moi ou avec le bureau si vous avez des questions, des préoccupations ou des commentaires à formuler.

Sincèrement,

Cathie